« Le sans pareil », roman de Stéphane Prat

Stéphane Prat

Nous sommes à Saint-Malo, en été. Une étrange canicule pèse sur la cité corsaire et ses alentours. Dans un escalier abrupte menant à une plage, un jeune homme s’échine à porter un lourd bagage. Quelques heures plus tard, à la nuit tombée, on le retrouve dans une demeure au bord de la Rance. « Le bon Dieu » d’Arno tourne en boucle, haschich et alcools aussi. Dans cette ambiance festive, un anglais et un couple d’italiens mènent la danse… Le scenario, presque normal, d’un jeune homme à la recherche d’aventures estivales. A cette nuance près que le jeune homme a délibérément changé d’identité, dans l’objectif de se venger d’une offense qui lui a été faites par deux malfrats malouins…

Il y a du Hugo dans ce second roman balnéaire de Stéphane Prat, qui est en quelque sorte le faux-jumeau de Retour simple, premier roman de l’auteur. C’est celui des maisons louches et des ruelles sombres de l’Intramuros des Travailleurs de la mer, des visions hypnotiques de la côte d’Emeraude, cadre des dérives de ses personnages. Outre l’ambiance, on y retrouve des thèmes chers à l’auteur de Mes Abruzzes et de Aqui Nada : le voyage immobile, une forme d’allégresse dans l’absurde, une vision sans concession de la tragi-comédie humaine… Le tout saupoudré d’un humour décapant.

Le bénéfice du double, tel était le titre initial du roman de Stéphane Prat. On y aurait plus clairement décelé son clin d’œil au philosophe Clément Rosset et par la même occasion l’inspiration d’une philosophie sur un romancier, qui est aussi un poète.

G. Le Brech

Stéphane Prat, Le sans pareil, éditions Le Petit Pavé, 2015.

http://www.petitpave.fr/petit-pave-sans-pareil-579.html

Publicités