Oblivion n°1

oblivion_mockup1

Bonne année 2017 !

Nous sommes fiers d’annoncer la parution du premier numéro de notre nouvelle revue littéraire et philosophique Oblivion.

Cette nouvelle revue a été conçue dans la continuité du blog « Entre les vagues ».

Revue annuelle, elle sera consacrée à des lieux et atmosphères ayant suscité des écritures contemplatives, de prose ou de poésie.

Le premier numéro d’Oblivion est consacré au thème de la brume de mer.

Agrémenté des photographies en couleur, il propose des textes de Denis Grozdanovitch, Pierrick Hamelin, Geneviève Bianquis, Robinson Jeffers, John Cowper Powys, Jules Michelet et quelques autres.

Oblivion est édité par l’association des amis Jules Lequier.

Tous les renseignements sur la revue (prix, commande, abonnement) se trouvent sur son site Internet :

https://.revueoblivionwordpress.com

 

 

Publicités

Fin de parcours

« Tantôt, disait Montaigne, c’est le corps qui capitule le premier devant la vieillesse, tantôt c’est l’âme »… Parfois, ce sont les deux, le corps et l’esprit qui en un même mouvement se laissent emporter vers l’inéluctable. Jean Jo  Floc’h se penche sur quelques instants, les derniers, ceux avant la chute, une fois pour toutes.

A lire sur la page des Miscellanées.

Jules Lequier, une philosophie de la liberté

CouvertureLequier-197x300

Né il y a deux cent ans, Jules Lequier (1814-1862) s’inscrit dans la grande tradition française des philosophes de la liberté. Point de confluence du rationalisme et du romantisme, Lequier pose la question de la liberté du point de vue métaphysique et moral, au regard de la science, de la théologie et de l’existence humaine.

Fragmentaire et inachevée, publiée d’une manière posthume, l’œuvre de Jules Lequier tient sa singularité des diverses voies qu’elle emprunte — textes réflexifs, récits, contes, dialogues, méditations et pensées philosophiques — mêlant rigueur spéculative et concision poétique. Pensée sur la côte nord de la Bretagne, au cœur du XIXe siècle, cette œuvre longtemps méconnue a été l’inspiratrice de nombreux auteurs et courants de pensée.

En septembre 2014, une dizaine de spécialistes venue de France, mais aussi des États-Unis, du Japon, d’Italie et du Portugal, s’est réunie à l’École normale supérieure (Paris), sous l’égide de l’association des Amis de Jules Lequier et du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine, pour la tenue du premier colloque international sur le philosophe.
La richesse des interventions de ce colloque, regroupées dans le présent volume, témoigne de la vitalité et de la pérennité de la philosophie de Jules Lequier.

Sous la direction de Goulven Le Brech et Frédéric Worms, avec la participation d’André Clair, Ko Murase, Maria Rita Scarcella, Antonio Vieira, Marie-Claude Blais, Donald Wayne Viney, Delphine Bouit et Vincent Citot.

ISBN : 978-2-37125-016-1
Février 2016, 21 x 14 cm, 234 pages, 18 €

Commande sur le site des éditions les Perséides :

http://lesperseides.fr/jules-lequier-philosophe-de-la-liberte/

La mer de Michelet

Reproduction d'une gravure de la "Normandie" de William Duckett

A la parution de mon petit livre de promenades sur les côtes de la Manche, La Mer pour horizon, Jean Lacoste s’étonnait, dans les colonnes de La quinzaine littéraire, de l’absence de Renan dans mes pérégrinations. Le fait est qu’au même moment paraissait chez le même éditeur – Les Perséides – un livre d’Henri Le Bellec sur les écrivains de Tréguier, Renan et Pollès.

A ma connaissance, Renan n’a pas beaucoup parlé de la mer. Il n’a pas laissé de traces de ses promenades et observations de la mer vue de la côte de Tréguier, du côté du manoir de Rosmapamon.

La véritable lacune de mon petit livre se trouve du côté d’un autre grand historien du 19ème siècle : Jules Michelet. Je me suis pourtant souvent rendu du côté de Granville, du Mont Saint-Michel et d’Avranches… Ce sont des lieux vastes où le spectacle de la mer, comme en Bretagne, ne laisse pas indifférent.

J’invite donc les lecteurs de ce blog à lire un court extrait du magnifique livre de Michelet, La mer, dans la rubrique Miscellanées.

Goulven Le Brech